28 février 2015

Vous voulez échouer en amour ? Alors improvisez !

Article librement inspiré des textes de Terence T. Gorski, expert reconnu internationalement pour ses contributions dans la prévention des rechutes reliées aux consommations et auteur américain de plusieurs livres dont, entre autres, « Getting love right » et « Addictive Relationships: Why Love Goes Wrong in Recovery ».  


réussir son couple
Je regarde avec envie les couples harmonieux qui durent. Je soupire devant les femmes qui retrouvent en leur partenaire, un ami sincère et un complice au quotidien. Et s'il y avait une recette qui m'échappe encore malgré mes 25 ans et quelques poussières d'expériences amoureuses?

Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage qu'ils disaient!

Un couple sain d'esprit n'envisagerait pas de bâtir son nid d'amour, la future maison de sa portée sur un sol argileux. Pour installer les fondations de leur maison, les amoureux consciencieux s'assureraient de la nature du terrain, de la stabilité du sol et de préparer les plans de la construction selon les normes. Ensuite, ils élèveraient la structure pour y poser le toit et termineraient avec la finition extérieure et intérieure.  Il serait illogique de poser un toit sans mur, des murs sans fondation et investir dans la décoration, sans avoir monté les murs...

Au nom de la spontanéité et de la passion, les soupirants passent outre les conditions essentielles à un engagement heureux.  Selon l'Institut de la Statistique du Québec, en 2008, sur 100 mariages, 49,9 mariages se terminent par un divorce. Et cela sans compter tous les conjoints de fait pour lesquelles il n'existe pas de statistique. 

La folie, c'est de réutiliser un truc qui marche pas.

Pourtant, qui s'engagerait dans une relation amoureuse en ayant comme intention initiale son échec? Alors pourquoi ce constat?  Et si la solution se trouvait justement dans l'élaboration d'un plan? D'une méthode scrupuleuse? Justement.  On (incluant la personne qui parle) se plaint que la vie ne vient pas avec un mode d'emploi. Et lorsque les experts en la matière se fendent le derrière en quatre pour nous en pondre un, on s'injecte contre le fait que l'amour devrait venir naturellement, et que c'est une perte de temps, puis on continue de faire à notre façon... Quel entêtement!

Pourquoi refaire 100 fois la même méthode (notre méthode) et espérer un résultat différent? Et si c'était plutôt la passion qui rend aveugle plutôt que l'AMOUR?

Selon Terence T. Gorksi, il existe 5 niveaux de relations par lesquelles nous devrions tous passer si notre objectif est d'établir une relation amoureuse saine. Saine ne signifiant pas une relation qui dure éternellement, mais plutôt une relation satisfaisante pour les deux partenaires. 

Les 5 niveaux de relations

1. l'engagement superficiel

C'est le type de relation que j'ai avec la caissière du dépanneur, la femme de ménage, des personnes avec qui je jase de temps en temps dans l'autobus, etc. Dans une relation superficielle, il peut y avoir des relations sexuelles, ou non. En fait, ce n'est pas parce qu'il y a de la sexualité dans la relation, qu'il y a automatiquement de l'intimité. Donc, on s'entend qu'il n'y a aucune profondeur ni forme d'engagement affectif.  Si l'autre personne a de la peine, nous ne ressentons pas nécessairement de l'empathie.

- Je croise un homme au gym (heu, au gym... je rêve.), il est de mon goût; je lui jase de temps en temps, entre une gorgée d'eau et une traînée de sueur.

2. une relation de connaissance

Dans une relation de connaissance, c'est l'activité qui est plus importante que la personne. Par exemple, je peux avoir des ami(e)s dédié(e)s pour un type d'activité en particulier.  Josée pour aller danser, Sophie pour les films de répertoire, Simon pour des sorties à la campagne, etc. Donc, disons que ce soir j'ai envie de regarder un bon vieux film plate (sous-entendre *de répertoire* lol), il y a de bonnes chances que c'est Sophie que je vais appeler.

- L'homme du gym, mettons... hum.. Roger.  Ben, Roger m'invite à prendre *enfin* un verre (de protéines) au bar du coin, entre une gorgée d'eau et une autre sorte de traînée de sueur.

3. une relation d'amitié

Dans une relation d'amitié, c'est l'inverse de la relation de connaissance.  Mon ami(e) est plus important(e) que l'activité elle-même. Donc, si j'ai envie de voir Carole, ben, je me fous pas mal de l'activité qu'on fera ensemble parce que c'est la présence de Carole dont j'ai besoin. Si mon amie à de la peine, je vais m'investir auprès d'elle.  Il y a une forme d'engagement en amitié.  

- Après une couple de verres de protéines, Roger et moi réalisons avoir certaines affinités.  Nous décidons donc de se fréquenter en amis pour apprendre à se connaître davantage.  

Mot clé ici - F.R.E.Q.U.E.N.T.A.T.I.O.N.S. - C'est au stade de l'amitié que j'évalue les possibilités de réussite d'une relation amoureuse avec Roger, et pour ce faire, ce n'est pas en quelques jours que j'arriverai à me faire une bonne idée.  Aucune exclusivité ici.  J'ai en masse le droit de courir plusieurs lièvres à la fois, puisque je recherche celui avec qui les chances de réussite sont les plus élevées.

4. une relation d'amour (amour romantique)

Bon, c'est ici que ça se complique. Une relation d'amour c'est un mélange d'amitié, de passion, de sensualité et de sexualité.  Le but d'une relation romantique c'est d'avoir un ami avec qui je vis une exclusivité sexuelle. 

- Roger et moi aimons de plus en plus souvent passer du temps ensemble, et il nous est de plus en plus difficile de nous retenir ;-).  La sexualité embarque donc dans le processus. C'est ici qu'on décide d'être exclusifs.

5. une relation d'association fonctionnelle

Ici, les deux partenaires font tout ce qui est humainement possible de faire pour que la relation soit saine et authentique.  C'est ici que les projets de cohabitation et de procréation devraient se réaliser, mais pas avant. L'erreur commune est de le faire dans un des niveaux inférieurs. L'engagement est réciproque : aucune surprise. Les deux amoureux sont descendus de la phase passion et prennent ensemble la décision de s'aimer et d'être présents l'un à l'autre quoi qu'il arrive.

- Après plusieurs mois de fréquentation,  mon Roger n'est plus sur le sommet du piédestal. Je vois, maintenant, suffisamment clair pour être au fait de ses forces et de ses faiblesses et lui de même. Malgré cela, je ressens au plus profond de mon âme qu'il est bon pour nous d'être partenaires pour le meilleur et pour le pire. 

Prendre le temps qu'il faut, c'est plus qu'une question de jours.

Alors mes amis célibataires, votre coeur vaut-il suffisamment le temps et les efforts requis pour enfin pouvoir dire « oui, je NOUS veux! »?


























4 commentaires:

Carole a dit...

Très bien expliqué! La passion, ça dure un temps. Il faut avoir un amour profond de l'autre personne et une volonté de mettre les efforts nécessaires pour qu'une relation dure. C'est pas parce qu'on s'aime que c'est toujours facile! Former un couple solide ou encore une famille, c'est un projet de vie et un projet de vie ça ne se concrétise pas sur un coup de tête. malgré tout, il n'y a aucune garantie, mais aussi bien mettre toutes les chances de son côté!

Sandrino a dit...

Coucou Mademoiselle Christine et merci pour ton article ! J'ai bien apprécié la différence entre la relation de connaissance et la relation d'amitié. Je me demande si certains potes sont vraiment des relations d'amitié au final...

Liliane a dit...

Tiens,tiens,l'avais-tu oublié cet article ma chère ? Possible puisque l'amour rend momentanément aveugle(ou amnésique)?lol!Souviens-toi surtout du point #5 la prochaine fois et petits calculs scientifiques faits, essaie de choisir le ''monsieur'' dans le milieu de l'alphabet...Monsieur X , (x-y-z) et monsieur C (a-b-c), troisième lettre du début de l'alphabet et troisième lettre avent la fin de l'alphabet...26 lettres dans l'alphabet (à part quand le Q est parti faire sa job), donc, 26 divisé par deux = 13, la treizième lettre étant M, essaie de pogner dans les deux lettres avant K-L-M ou dans les deux lettres après M-N-O...Donc, si le prospect se nomme Karl, Léon ou Moustapha ou encore, Noé ou Olivier, donne-lui une chance...Sur ce, Bonne Chance xx

Mlle Christine a dit...

Lol Liliane

Tu sais c'est quoi un de mes slogans préférés ? On enseigne seulement ce qu'on a besoin d'apprendre...

;-)